Articles & Information supplémentaire

La dynastie des Lyman de Montréal

La famille Lyman s’est taillée une place de choix dans le monde pharmaceutique de Montréal, aux XIXe et XXe siècles.  Lorsque la Lymans Limited disparut en 1962, elle était la plus ancienne entreprise de sa catégorie au Canada, et la seconde plus ancienne en Amérique, avec plus de 150 ans d’existence.  Cette branche de la famille Lyman était originaire de Northampton, Maine, et son ancêtre aurait quitté le comté d’Essex en Angleterre au XVIIe siècle pour s’établir au Connecticut, où il aurait été l’un des premiers pionniers.

Le père de l’empire pharmaceutique des Lyman était Lewis Lyman, né en 1772 à Northampton, Massachusetts.  Il s’installe au Canada au début du XIXe siècle et s’associe avec James Wadsworth avec qui il ouvre une pharmacie à Montréal vers 1800, la Wadsworth & Lyman.  Vers 1805, le partenariat est dissout, et chacun se lance en affaires de son côté : Lewis Lyman fonde la Lewis Lyman & Co., et James Wadsworth est joint par son frère dans la James Wadsworth & Brother., toutes deux des entreprises pharmaceutiques.  Vers 1810, Micah Jones Lyman, frère aîné de Lewis, vient s’établir à Montréal et se lance aussi en pharmacie, ayant pratiqué la médecine au Vermont.  Ce n’est pas clair s’il était associé à son frère ou non.

Vers 1812, la guerre entre les États-Unis et la Grande-Bretagne décide les frères Lyman à regagner les États-Unis.  Lewis cède alors ses parts à un certain Ithamer H. Day, et les deux frères partent s’établir à Troy, New-York, où Micah J. Lyman poursuit ses activités pharmaceutiques jusqu’en 1842.  Ils décèdent à Troy, Micah J. en 1851, et son frère Lewis en 1852 en ne laissant aucune descendance.

En 1815, un autre frère aîné de Lewis, Elisha Lyman, vient à Montréal pour y ouvrir une auberge qu’il tiendra jusqu’en 1828.  Un des fils d’Elisha, William, s’était établi à Montréal vers 1807 mais avait quitté le pays lors de la guerre de 1812.  Celui-ci revient dans la métropole en 1819 et, en partenariat avec son oncle Samuel Hedge, rachète l’entreprise fondée par Lewis et vendue par ce dernier sept ans plus tôt, et la rebaptise Hedge & Lyman.  Au cours de son existence, la compagnie accueillera de nouveaux partenaires, soit Benjamin Lyman (en 1827) et Henry Lyman (1829), jeunes frères de William.  En 1836, ceux-ci rachètent les parts de leur oncle Samuel Hedge et s’associent à William sous la nouvelle raison sociale de William Lyman & Co.

Parallèlement, un cousin des frères Lyman, Stephen Jones Lyman, fonde sa propre entreprise pharmaceutique en 1844 : la S.J. Lyman & Co..

En 1855, William Lyman décide de se retirer des affaires, et meurt deux ans plus tard.  Alfred Savage se joint alors aux frères Benjamin et Henry Lyman, fondant ainsi la Lymans, Savage & Co.  Alfred Savage se retire de l’entreprise en 1860 et est remplacé par William H. Clare.  La compagnie devient dès lors la Lymans, Clare & Co., à laquelle viennent éventuellement se joindre deux fils de Henry Lyman, soit Charles et Roswell C. Lyman.  Leur oncle Benjamin décède en 1878, et W.H. Clare finit par se retirer, ce qui mène à un autre changement de nom en 1879 : la Lyman, Sons & Co.  Cette dernière deviendra la Lymans Limited en 1908, qui sera finalement achetée par la National Drug & Chemical Co. of Canada en 1962.

Tout au long du XIXe siècle, les Lyman ont aussi été impliqués dans d’autres compagnies pharmaceutiques en Ontario, notamment à Toronto, London et Ottawa, en partenariat avec différents associés.

Sources:
CAMPBELL, Rev. Robert, A History of the Scotch Presbyterian Church, W. Drysdale & Co., Montréal, 1887, pp.253 & 256-257.
COLLIN, Johanne & Denis Béliveau, Histoire de la pharmacie au Québec, Musée de la Pharmacie du Québec, Montréal, 1994, pp.94-95
Ancestry, en ligne < http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=GET&db=wildbill&id=I7798 >, page consultée le 23 février 2015.
ARMSTRONG, Frederick H., « LYMAN, BENJAMIN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003, , en ligne < http://www.biographi.ca/fr/bio/lyman_benjamin_10F.html >, page consultéele 23 février 2015
Annuaires Lovell de Montréal.
Ottawa Citizen, 11 juillet 1962.