richard w. williams

 

Historique

Richard Wellington Williams est né le 15 juillet 1858 à Montréal de parents britanniques.  Sa famille déménagea à Nicolet en 1865 où il fréquenta une école francophone.  Il entra ensuite au Collège de Nicolet, où il fit son cours commercial et son cours classique.  En 1870, il devint apprenti chez un pharmacien de Trois-Rivières, et repartit à Montréal en 1875 pour étudier à l'École de pharmacie de cette ville.  Pendant ses études, il fut assistant du Dr. J. Baker Edwards, qui enseignait le chimie, la toxicologie, la microscopie et la pysique au Collège Bishop de Sherbrooke, à l'École de Pharmacie et à l'École Normale McGill.  Il a gradué en tant que pharmacien-chimiste en 1877, et ouvrit sa pharmacie à Trois-Rivières en avril 1878.

Il fut très impliqué dans différents ordres de franc-maçon au Québec, et fut un chaud partisan de la Prohibition, ayant lutté toute sa vie contre l'intempérance dans sa communauté et au Québec.

 

Source:

MACLEAN ROSE, Geo, ed., A Cyclopaedia of Canadian Biography, Rose Publishing Co., Toronto, 1888.

 

 

Publicités

Bouteilles

 

Sirop du Dr. St-Cyr

Fer-Boeuf et Vin de Williams

Tonique de la Nature

Émulsion d'Huile de Foie de Morue à la Pepsine et Quinine

Source : Le Trifluvien, Trois-Rivières, 13 janvier 1892.

 

Source: L’Indépendance Canadienne, 13 octobre 1894.

 

Source: Le Journal de l’Exposition, Trois-Rivières, 15 août 1896.

 

Source: Almanach des Trois-Rivières, J.A. Charbonneau, Trois-Rivières, vol.4, 1916, p.177.

 

Source: : L’Almanach du peuple, Beauchemin, Montréal, Vol.46, 1915, p.19.

 

 

M. Williams a aussi fait frapper des jetons au nom de sa pharmacie.

 

« M. Williams est établi pharmacien à Trois-Rivières depuis 1879 (sic).  Il est âgé de 40 ans, et quoique il ait commencé à collectionner (les pièces de monnaie) en 1874, il ne s’en occupa activement qu’en 1891, et c’est cette année-là qu’il a émis 1000 copies de la pièce ci-dessus, dans le but de la distribuer dans le district des Trois-Rivières comme annonce, mais bientôt il s’aperçut après en avoir fait circuler environ 400 que ces jetons étaient recueillis par les commis-voyageurs qui les donnaient aux collectionneurs, il cessa alors sa distribution et garda les autres.  Les matrices sont brisées. »

 

« M. Williams étant le propriétaire des sources Caxton d’eau minérale, a émis 200 de ces pièces devant servir comme bon pour un verre de cette eau (…).»

 

Source: BRETON, P.N., Histoire Illustrée des monnaies et Jetons du Canada, P.N. Breton & Cie, Montréal, 1894, pp. 81-82.

 

RETOUR